Desde Mexico hasta Panama - 2010

Bienvenue au Nicaragua

Jour 45

Samedi 16 octobre 2010,

Reveil a 9h. Je quitte Tegucigalpa a 10h. Je prends un bus pour Choluteca. La route est longue car pas en tres bon etat et sinueuse a travers la montagne. Neanmoins la valée de Nacaome est magnifique ! Specialement pres du barrage, la riviere serpente dans la valée, tres joli ! je tue le temps comme je peux, notemment en jouant a cache cache a travers les sieges avec un gamin de 3 ans... On arrive a Choluteca vers 14h30. J'attends une heure puis a 15h30 je prends un bus pour la frontiere. En chemin on croise des enfants qui se tiennent au bord de la route avec de grands iguanes ficelés qu'ils ont capturé.

J'arrive a la frontiere a 16h30. En descendant du bus c'est la cohue, je suis harcelé par les conducteurs de tuk-tuk. Je demande le prix a l'un d'entre eux qui me dit "juste un pourboire". Je fais les formalités de sortie du honduras puis je monte avec lui. Il me conduit ensuite au poste d'entrée du Nicaragua apres deux minutes de pedalage. Par contre on est suivi par un autre tuk-tuk qui lui est vide, je ne comprend pas trop et je n'aime pas trop ca. J'accomplis les formalités d'entrée au Nicaragua pour quelques dollars puis je reprends mon cher tuk-tuk qui doit me conduire au bus. Encore 2 ou 3 minutes de pedalage, ce n'est vraiment pas loin. Mais au bout d'une minute l'un d'eux me demande combien je vais le payer. Un pourboire c'est 1 dollar soit 20 cordobas du Nicaragua, je reponds donc "20". Il me repond du tac au tac "20 dollars, c'est bien.". Et la je le reprends "non, non, 20 cordobas". Ca ne leur plait pas, ils me prennent vraiment pour un guignol en me disant que les gens payent en general au moins 15 dollars blablabli blablabla...

On arrive devant un school bus jaune, ils me disent que c'est le bus. je leur temps un billet de 20 mais ils ne le veulent pas, ils ne sont pas content, je leur laisse donc 40 cordobas et je m'en vais sans me retourner, droit vers les bus, pensant etre a l'abri. Mais le bus est vide, il y a seulement 3 mecs a l'interieur qui se font passer pour les chauffeurs. Tout de suite l'un d'entre eux me demande de payer le trajet ce qui ne se fait jamais au moment de monter generalement mais a ce moment la je suis trop heureux d'echapper aux gus des tuk-tuk pour penser que je suis dans un nouveau traquenard. Ils me disent 100 cordobas. Ce qui n'est pas enorme en soi, mais en y reflechissant un peu deux ou trois fois superieur au prix normal. Je lui donne les 100 et me mets a reflechir a tout ca deux minutes plus tard. Je realise que le prix est trop elevé, je suis le seul passager, ils sont trois alors que normalement c'est deux, absolument personne aux alentours (etrange pour un lieu ou l'on prend le bus), les trois bonhommes sont jeunes et ne ressemblent vraiment a aucun chauffeur que j'ai pu voir auparavant. Le moteur ne tourne pas, un est assis a la place du chauffeur, les deux autres font semblant de bricoler. J'echange un regard avec le "chauffeur" a travers le retroviseur, gloups ca sent pas bon pour moi. Au bout de quelques minutes un collectivo passe et l'un d'eux me dit que ce serait mieux que je le prenne car ce sera plus rapide pour moi. J'accepte et je demande mes 100 cordobas, on me dit "ne t'inquiete pas j'ai tout arrangé avec le chauffeur du collectivo, je lui ai donné l'argent". Les 3 escrocs m'escortent jusqu'au collectivo en prenant soin de scruter la moinde reaction de quiconque, et jusqu'a ce que le collectivo s'en aille. Une fois parti je demande au chauffeur combien ils lui ont donné, il me repond 40, soit 60 pour les 3 escrocs. Au final la somme est derisoire, mais c'est plus l'esprit dans lequel tout cela s'est passé qui derange... Bref, voici l'ambiance de mes premiers pas au Nicaragua...

J'arrive a Chinandega peu avant 18h. Un jeune sympa me conduit a un hotel pas cher pres du terminal. Le soir je sors pour manger, l'occasion de tomber sur le défilé des pompiers avec feu d'artifices et petards. Cybercafé ensuite, un enorme orage s'abat, une fois la pluie tombée je rentre a l'hotel, il fait tres chaud et humide,je m'endors a 22h.



Publié à 02:41, le 22/11/2010, dans Jour 45,
Mots clefs :

{ Lien }

A travers la grille

Jour 44

Vendredi 15 octobre 2010,

Lever 05h30, je prends le bus pour Coxen Hole a 06h00. J'arrive a l'embarcadere a 06h45, mon ferry part a 07h00. Il est malheureusement temps de quitter Roatan et c'est la mort dans l'ame que je le fais ! J'ai vraiment adoré mon sejour sur l'ile, les plages, les fetes. J'ai eu l'impression de faire partie de ce petit monde qui vit a West End, et Malika que j'ai connu quelques jours mais qui etait comme une amie de toujours. Roatan va me manquer, c'est certain ! Mais comme toujours j'arrive puis je pars, sans jamais pouvoir me fixer, en perpetuel mouvement, car je ne fais que passer, c'est le revers de la medaille...


7h, c'est l'embarquement, non loin du ferry se trouve une epave rouillant dans l'embarcadere : impressionnante ! Et c'est parti pour deux heures de machine a laver l'estomac... Arrivé a La Ceiba je prends le bus de 09h30 pour Tegucigalpa. Et c'est parti pour 8 heures et demi de bus a traverser le Honduras. Les bébés qui pleurent, la monotonie du trajet, les vendeurs de nourriture ambulants qui grimpent dans le bus, les detritus jetés par les fenetres ou dans le bus, les arrets station, les precheurs religieux, les paysages magnifiques, toujours les memes musiques, l'impatience d'arriver, la fatigue, le sommeil : ma routine...


Arrivée a Tegus (Tegucigalpa) a 18h00, enfin ! Taxi jusqu'a l'hotel situé dans un quartier populaire. Tegus n'est pas tres belle. Toutes les maisons possedent des grilles aux portes et fenetres. Dans mon hotel il y a tout un systeme de grille qui fait que l'on est toujours séparé du receptionniste par une grille ! Je ne serai jamais dans la meme piece que lui, hallucinant. Je lui donne les sous a travers les barreaux, il me tend la clef a travers les barreaux, il m'ouvre la grille pour sortir de l'hotel a travers ses bareaux, c'est tout sauf humain, sensation etrange... Un peu d'internet puis je pars manger a meme pas 100 metres de l'hotel. La rue est tres vivante et tres animée. Je mange dans une petite cantine populaire pas tres bien fréquentée. Je suis a 50 metres de l'hotel mais je me sens vraiment pas en securité. Je ne m'eternise pas et je rentre direct a l'hotel., couché a 22h.

 

embarcadere coxen hole, roatan



Publié à 02:14, le 15/11/2010, dans Jour 44, Tegucigalpa
Mots clefs :

{ Lien }

Gueule de bois et pluie qui pique

Jour 43

Jeudi 14 Octobre 2010,

Je me leve a 10h avec une mechante gueule de bois. j'avais prevu de quitter l'ile aujourd'hui a 14h mais je decide d'y rester une nuit de plus. Je dois ramener le scooter a la location avant midi et demi. J'ai donc encore le temps de partir faire une course a Coxen Hole situé a une demi heure de scooter.
Tout se passe bien sauf que sur le chemin du retour une grosse pluie s'abat. C'est la douche ! Je suis trempé jusqu'aux os, avec la vitesse la pluie me tape dans les yeux, la route trempée se transforme en patinoire pour moi, conduite tres penible ! Je rends le scooter puis je pars manger mon assiette de d'habitude. Le temps reste moche toute l'apres midi, j'en profite pour dormir toute l'apres midi et récupérer de ces trois jours de fete consecutifs...

 

West End, Roatan

West End, Roatan

West End, Roatan

Roatan



Publié à 01:49, le 15/11/2010, dans Jour 43,
Mots clefs :

{ Lien }

Punta y Pachuga !

Jour 42

Mercredi 13 Octobre 2010,

J'emmerge a 09h30 tant bien que mal. En sortant de l'hotel je tombe sur Malika qui ne s'est pas encore couchée de la veille, elle semble exténuée. Aujourd'hui je compte visiter l'ile en scooter, en pure folie Malika se décide a se joindre a moi plutot que d'aller enfin se coucher. Direction la location de scooter. Je suis censé montrer mon permis afin de noter le numero sur les papiers mais je l'ai laissé en France. Craignant fortement que mon beau projet du jour soit compromis je dis que mon permis est a l'hotel mais que j'en connais le numero par coeur. J'ecris donc un numero completement bidon sur les papiers et ça passe. ouf !


On quitte West End a 11h avec l'idée d'aller jusqu'a une plage a l'autre bout de l'ile. On traverse donc l'ile d'ouest en est. On s'arrete deux ou trois fois en chemin histoire d'admirer la vue magnifique. Apres une heure et quart de scooter on fait halte au village de Punta Gorda qui serait peut etre le lieu historique du premier peuplement Garifuna. On decide de manger la Pachuga, plat typique Garifuna. Il s'agit d'une soupe a la noix de coco composée de Poisson et bananes plantins, accompagnée d'une sorte de pain fait avec une pate a base de bananes plantins. Delicieux ! En attendant notre plat des enfants du village nous font une petite demonstration de musique Garifuna avec des instruments traditionnels : tam-tam, maracas... Un moment a part.

On reprend la route vers 14h, on arrive 45 minutes plus tard a la plage de Paya Bay apres vingt dernieres minutes de piste caillouteuse. La plage, deserte malgré un hotel surplombant la pointe rocheuse, ne manque pas de charme, mais surtout elle inspire un puissant sentiment de calme et de tranquilité. On se baigne puis Malika peut enfin s'endormir quelques minutes. Je cueille et casse une noix de coco delicieuse, 17h, il est déja l'heure de rentrer a cause de la nuit qui va tomber. C'est reparti pour 2 heures de scooter, la derniere heure dans la nuit noire avec le faible eclairage du phare est tres difficile. Les camions qui nous doublent ou nous croisent ne sont pas rassurant, d'autant que Malika me raconte son récent grave accident de scooter. 19h, arrivée a West End sains et saufs.

Je laisse Malika s'ecrouler sur son lit, je fais une petite sieste, puis douche, une part de pizza puis direction Nova vers 22h. Cette fois ci le bar est plein. Un tres bon dj qui passe de la bonne electro. J'hallucine de voir Malika déja debout, l'espagnol dans le meme etat que la veille et l'avant veille... Le rituel shooter et cuba libre puis vers minuit je me fais inviter a un after pour l'anniversaire d'un argentin qui n'aime pas le foot (ah bon ? ça existe ?). Direction un joli appartement d'un riche hondurien. Musique et alcohol pour la quinzaine de personnes presentes, mais aussi "open-cocaine" dans la chambre (je rassure ma famille je n'ai pas touché a la poudre blanche). Je rentre me coucher vers 03h00 apres cette énieme grosse journée. J'apprendrai au cours de la soirée qu'une fille sortie du Nova peu de temps apres nous s'est faite violée en rentrant chez elle...

 

Roatan

Punta Gorda

enfant Garifuna a Punta Gorda, Roatan

Paya Bay, Roatan



Publié à 01:47, le 15/11/2010, dans Jour 42, Punta Gorda
Mots clefs :

{ Lien }

Plongeons a West Bay

Jour 41

Mardi 12 Octobre 2010,

Je me leve a 09h00. Je prends un dejeuner en guise de petit dejeuner : riz, haricots rouges, avocat, salade, tomate, boeuf, tortillas, l'assiette classique depuis un petit moment. Je quitte West End a 10h avec l'idee de rejoindre a pied la magnifique plage de West Bay. Je choisis de longer la cote par la plage plutot que d'emprunter la route qui est plus longue. Les plages se succedent entre les pointes rocheuses, mais la marée est haute et apres vingt minutes de marche je ne peux plus continuer a longer la cote car la mer est trop haute et il n'y a plus de passage possible par les rochers. Je remonte donc une petite colline, dos a la mer, dans l'objectif de retomber sur la route.


Je traverse un ensemble de bungalows abandonnés, il n'y a pas ame qui vive. C'est tres etrange. Ca monte dur et il fait tres chaud, mais je prends de la hauteur et j'ai un joli point de vue sur la foret environnante et la cote. Apres une dizaine de minute je trouve enfin la route. Je continue donc mon chemin en empruntant la route, profitant des points de vue qui me sont offerts. J'atteins enfin West Bay apres une bonne demi heure supplementaire de marche. Je me rend directement a la plage. Tres jolie : sable blanc et eau turquoise. Elle est bordée d'hotels et de restaurants, mais surtout surpeuplée d'americains. On se croirait sur une plage aux etats-unis.

Je profite de l'endroit puis a 15h la plage se vide totalement, je me retrouve quasiment seul : le reve !
Baignade, un peu de snorkeling mais pas grand chose a voir. Puis je m'amuse a plonger depuis un ponton avec de jeunes honduriens, rires et simplicité. 17h, il est temps de rentrer a West End, je commence a marcher puis au bout de 10 minutes de stop je monte dans la benne d'un camion déja bien remplie : joie !


17h30, arrivée a West End, j'ai l'impression d'etre chez moi, comme si je vivais sur l'ile. Une bonne douche, un peu d'internet, une part de pizza et direction Nova (meme bar que la veille) vers 22h. J'y retrouve Malika et les memes tetes que la veille, il y a un peu plus de monde que la veille, la frequentation va crescendo plus le week-end approche. J'ai oublié de dire que les peintures phosphorescentes (signées Malika) qui decorent les murs du Nova sont magnifiques.
Toujours la bonne ambiance, bonne musique, shooters et cuba libre jusqu'a minuit. Ensuite je suis invité a un petit anniversaire d'une copine a Malika. Je suis le seul garçon avec une petite dizaine de filles. Ambiance tres feminine, je n'ai pas l'habitude. La petite fete s'etire jusqu'a 3h dans les rires et l'alcohol puis je vais me coucher. J'apprendrai le lendemain qu'une copine de Malika sortie une heure apres moi du Nova s'etait fait poser un revolver sur la tempe en rentrant chez elle, au final elle aura du ceder le contenu de son sac.

 

Roatan, west end

Roatan, West Bay

West Bay, Roatan

West Bay, Roatan

West Bay, Roatan



Publié à 22:50, le 14/11/2010, dans Jour 41,
Mots clefs :

{ Lien }

{ Page précédente } { Page 1 sur 10 } { Page suivante }
Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Flux RSS

La carte des lieux visités



Rubriques

Bilans
Jour 00
Jour 01
Jour 02
Jour 03
Jour 04
Jour 05
Jour 06
Jour 07
Jour 08
Jour 09
Jour 10
Jour 11
Jour 12
Jour 13
Jour 14
Jour 15
Jour 16
Jour 17
Jour 18
Jour 19
Jour 20
Jour 21
Jour 22
Jour 23
Jour 24,25,26
Jour 27
Jour 28
Jour 29
Jour 30
Jour 31
Jour 32
Jour 33
Jour 34
Jour 35
Jour 36
Jour 37
Jour 38
Jour 39
Jour 40
Jour 41
Jour 42
Jour 43
Jour 44
Jour 45

Derniers articles

Bienvenue au Nicaragua
A travers la grille
Gueule de bois et pluie qui pique
Punta y Pachuga !
Plongeons a West Bay